Le Land Art, une poésie créative conjuguée à la Nature.

Le Land Art rime avec écologie, biomimétisme, et donc une histoire de cycle....

Sur un lac une spirale de sable avec un gros rocher noir au centre.#art#provence#ayniart
Robert Smithson, Broken circle 2009. AyniArt.
Au sommet de quelqus arbres des triangles de filets de couleurs forment une sculpture biologique.#provence#art#ayniart.
Edith Meusnier, Artefact Bois de Belle Rivière Québec 2010.AyniArt.

Oeuvres confectionnée de glace, de bois, terre, sable, rocher, fleurs, galets, neige, tiges etc…
Le plus souvent elles sont à l’extérieur et dans des contrées isolées, soumises aux intempéries et à l’érosion naturelle, ce qui leur confèrent un aspect changeant voire une existence éphémère.
Les réalisations sont souvent gigantesques et les plus imposantes portent le nom de « Earthworks ».

Le Land Art n’est pas un mouvement artistique organisé mais plutôt la résultante d’un entrecroisement d’artistes venant de tous horizons.
Certains se réclament de tendances à priorité écologique.

C’est en 1968 qu’un mot est apposé sur la pratique, lors d’une exposition à la Dwan Gallery de New York. Robert Smithson avec la publication de son essai « The sedimentation of the  Mind: Earth Projects » s’impose comme le théoricien du Land Art et en devient la figure emblématique.

Le Land Art cherche à relier l’art à la vie en l’encrant dans la nature, dans l’espace publique, avec une complexité qui parfois, à contrario, est saisissante de simplicité.
La volonté de ces artistes est de sortir l’art des dogmes habituels et de ne plus résumer la visualisation artistique aux salles de musées.


Dans un bois une immense port constituée de trons d'arbres.#art#provence#ayniart.
Magdalena Jetelová, Place 2011. AyniArt.

Cette tendance est aussi particulière par son aspect souvent temporaire, sa représentation éphémère.

Mais alors que reste-il des oeuvres ?

Croquis préparatoires, vidéos et photographies mais aussi les traces deviennent l’objet vendu dont chacun peut garder la mémoire comme dans le cas des fragments d’emballages monumentaux de Christo.

Puis pour les installations, des produits dérivés sont confectionnés: livres, timbres, cartes postales...


Un trons d'arbre gris est enfermé entre quatre murés de pierres apareillés à sec.#art#ayniart#provence
Andy Goldsworthy,Tree with stones around it 2003. AyniArt.

Ainsi c’est notamment par le vent ou par l’eau que les installations disparaissent, l’inondation ou la fonte pour les sculptures de Andy Goldsworthy.
Pour immortaliser ses créations, la photographie est très importante comme art connexe, et selon ses propres termes
« chaque oeuvre pousse, subsiste, se dégrade-composantes intégrales d’un cycle que le photographe montre à leur point culminantbalisant le moment où l’oeuvre est la plus vivante.
Il y a une intensité dans une oeuvre à son sommet qui j’espère s’exprime dans l’image. L’évolution et le délabrement sont implicites ».

Cette tradition s’est perpétuée jusqu’à nos jours, où plusieurs artistes contemporains travaillent directement dans la nature, parfois en y incluant des produits ou matériaux manufacturés.

Vincent Van Gogh nous soufflait déjà
« l’art c’est l’homme ajouté à la nature ».
Le Land Art, tendance riche et variée nous invite aussi à redécouvrir, au travers de son prisme, la nature dans toute sa beauté.


Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Audie Benham (vendredi, 03 février 2017 10:41)


    Excellent goods from you, man. I've understand your stuff previous to and you are just too wonderful. I really like what you have acquired here, certainly like what you're saying and the way in which you say it. You make it entertaining and you still take care of to keep it sensible. I can't wait to read much more from you. This is actually a wonderful website.

  • #2

    mialhe véronique (mardi, 01 août 2017 18:58)

    La première photo est spectaculaire ! Jusqu'ou peut aller la création n'est-ce pas ?
    Bravo pour l'article.

 
+33 (0)9 51 28 52 57


Découvrez notre newsletter