William Turner et la couleur à Aix-en-Provence.

Le nouveau centre d’art Caumont, situé dans le quartier Mazarin accueille jusqu’au 18 septembre une rétrospective ensoleillée du peintre impressionniste anglais William Turner.

Façade ocre, côté jardin, en pierres de Rognes de l'Hôtel particulier de Caumont dans le quartier Mazarin d'Aix-en-Provence, avec un magnifique tilleul en fleurs.
Hôtel de Caumont côté jardin. ©2015 AyniArt.
Dans une profusion de jaunes on devine quelques barques et leurs passagers avec en fond une esquisse de la ville inondée par le soleil couchant. #provence#art#ayniart
Départ pour le bal (San Martino). Exposé en 1846. Huile sur toile. Accepté par la nation dans le cadre du legs Turner en 1856 ©Tate, Londres 2015.

Cette exposition invite le spectateur a découvrir l’oeuvre du peintre anglais dans un parcours chronologique, thématique et géographique.

 William Turner est un peintre anglais du XVIIème siècle, qualifié de romantique ou d’impressionniste, il est surnommé le maître de la couleur.
En effet dans son oeuvre une palette de couleurs pastels étalées en aquarelle révèlent des paysages d’une clarté et d’un réalisme inédit. Son amour pour les couleurs et notamment pour le jaune lui permettent de réaliser des œuvres lumineuses dont les cieux sont souvent incandescents.


Un buste de géant, torse nu, en stuc blanc patiné soutien le plafond de l'immense hall d'entrée
Hôtel de Caumont, hall d'entrée. ©2015 AyniArt.

Le peintre voyage en solitaire à travers l’Europe avec un goût plus prononcé pour la France, les Alpes, l’Italie, la Suisse et l’Allemagne.
Pendant ses périples, Turner observe les phénomènes météorologiques et les saisit en plein air dans ses toiles dans des variations chromatiques très lumineuses.

Cette exposition s’intègre parfaitement dans la région ensoleillée et baignée régulièrement de la lumière jaunâtre d’un ciel chaud d’été, tel qu’aimait les peindre l’artiste.

Lors d’un voyage sur le Rhône, Turner dessine les paysages urbains et les monuments historiques qui bordent le fleuve : le Palais des Papes, le Pont du Gard, les Arènes de Nîmes, le temple de la Maison Carrée


Aquarelle de collines et de forts dans les tons de rouge avec un mer verte, Marseille surgie avec un ciel gris. #provence#art#ayniart
Les Tours vermillon : étude à Marseille vers 1838. Aquarelle et gouache sur papier gris. Accepté par la nation dans le cadre du legs Turner en 1856 ©Tate, Londres 2015.

A quelques dizaines de kilomètres d’Aix-en-provence, où le peintre s’est plusieurs fois rendu, se trouve Marseille, ville chère au cœur de Turner qui a longuement observé sa côte et ses ports pour inspirer son travail.

120 chefs-d'oeuvre du maître de la lumière sont réunis dans les différentes salles du musée.

Le parcours à travers cette rétrospective permet de retracer l’évolution de l’artiste, depuis son apprentissage inspiré par les grands maîtres,  jusqu'à son fameux travail des couleurs en passant  par son goût pour le peinture en plein air et les voyages.

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0

 
+33 (0)9 51 28 52 57


Découvrez notre newsletter